La nuit juste avant les forêts : un flot discontinu de poésie

La Parisienne life.png

Par 

Camille Bonvalet

25 avril 2022

Source : 

"La mise en scène est sobre, dépouillée. Elle laisse la lumière sur la performance sensible de Christophe Hatey, dont la voix semble faite pour faire entendre avec justesse la grâce de la colère de ceux, qui, chassés de la lumière des réverbères par le chaos du monde, survivent.
Et on va l’écouter."