Cheer Up : une belle découverte

February 12, 2018

(Source : Froggy's Delight)

 

Une croquignolette triplette féminine accueille public en tenue justaucorps et jupette à volants qui évoque celle de pom pom girls même si sa couleur noire annonce, faute de pompons sans doute, un moral en berne. D'ailleurs elle procède à la distribution de mouchoirs en papiers.

 

Décodage : cet inattendu prologue ne constitue pas une mesure de précaution pour endiguer les éventuels débordements lacrymaux suscités par une partition "tire-larmes" mais signifie un ancrage générationnel en tant que sont visées les pleurnicheries des trentenaires de la "Génération Kleenex" avec leur propension à la pratique de "l'auto", l'autonalyse et l'auto-apitoiement, face au principe de réalité et surtout à leurs grands bobos et petites misères.

 

Malgré leur tentative de "positiver", ils sont affectés par leurs "chutes", à savoir, et entre autres, les ratages, déceptions, manques, pertes et désillusions, dont certains recensés et théâtralisés par l’Insub Collectif qui propose avec "Cheer Up !" une création sur "l’envie d’être en vie" constituée de mini-biodrames individuels pour, comme indiqué dans la note d'intention, "donner lieu à un mouvement, un cri" et un opus qui ressortirait au théâtre de résistance.

 

Monologales ou chorales, ces petites tranches de vie, qui se déroulent sous forme de mini-biodrames singuliers, résultent d'une écriture de plateau menée par Louis Affergan, Violette Cala, Héloïse Logié et Clara Benoit-Casanova qui, en l'espèce, s'avère une bonne surprise. En effet, elle évite les écueils récurrents de l'exercice que sont l'indigence scripturale et l'empilement de clichés.

 

Sans recours à l'incontournable armada très prisée de la jeune scène contemporaine incluant la vidéo, la profération au micro, les pseudo-musiciens live et la boule à facettes de l'époque Disco, elles sont dispensées avec une créativité non dénuée d'humour qui fait la part belle à la dramaturgie gestuelle.

 

Les officiantes - Violette Cala, la blonde, Héloïse Logié, la petite brune, et Clara Benoit-Casanova, la grande brune - sont vives, drôles, touchantes et empathiques au terme d'une interprétation sans surjeu ni mièvrerie.

Donc une belle découverte.

 

En savoir plus :

Please reload

Posts à l'affiche

Le Défunt : Un décalage à saveur longue

October 5, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Rechercher par Tags