Mama Khan, le chant berbère de l'eau : émotions et mémoire

February 15, 2019

(Source : Tribulations d'une quinqua)

Mama Khan, le chant berbère de l’eau est donc le 2ème opus d’une série qui en comptera 13 et qui vraisemblablement nous fera voyager dans les contes et les mythes de différents peuples du monde. C’est un spectacle plein de poésie, un spectacle masqué où le chant et la musique accompagnent l’actrice et auteure Khadija El Mahdi.

Le spectacle débute avec Michel Thouseau musicien et compositeur qui accompagnera le jeu de Khadija El Mahdi durant toute la pièce. De multiples instruments seront utilisés, même certains improbables.

Khadija El Mahdi entre en scène et c’est sur scène qu’elle va revêtir son costume et son masque. C’est d’ailleurs un moment impressionnant. Khadija devient donc Mama Khan sous nos yeux.

A partir de là, je serai transportée en pays berbère. Khadija EST son personnage. Elle joue avec beaucoup de sensibilité et de vérité. Bravo pour l’accent ! On sourit, on est ému, on est pris par cette histoire.

C’est une histoire, l’histoire de sa grand-mère mais c’est aussi un texte qui va toucher différents sujets encore actuels. En premier, le rapport entre les hommes et les femmes dans la société berbère. Peut-on vivre en femme indépendante dans cette société patriarcale?

Je pourrais conclure en quelques mots : émotions, mémoire, conte, peuple, musique, voyage, femme. Voici ,les mots qui me viennent à l’esprit quand je repense à cette soirée de vendredi.
Un grand bravo à Khadija El Mahdi qui a réussi à me faire apprécier un spectacle masqué ! Et ce n’était pas gagné d’avance!
Sophie Duflo
(Tribulations d'une quinqua)
 
En savoir plus :
- Fiche du spectacle
- Article source
Please reload

Posts à l'affiche

Le Défunt : Un décalage à saveur longue

October 5, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Rechercher par Tags